Omaha beacharcher10 (Dennis) (licence Creative Commons)

Week-end D-day, mouillage à Arromanches 29 et 30 août

proposé par Denis Fousse :

Si Météo le veut :

Nous irons à Arromanches mouiller dans les restes du port militaire U.S.
Après avoir débarqué pacifiquement et visité la ville, nous passerons la nuit au mouillage, avant de rentrer au Havre.
l’Amérique sera à l’honneur !

Renseignement et inscription : 02.35.41.14.49

2 réflexions au sujet de « Week-end D-day, mouillage à Arromanches 29 et 30 août »

  1. L’unité des « litres » à Sword Beach
    L ’unité des "litres" à Sword Beach - TML Voile

    Samedi 29 août, c’est le jour J, à 6h GMT l’unité des « litres » de TML est rassemblée sur le port du Havre. 18 commandos attendent d’embarquer à bord des 3 voiliers de la flotte pour un week-end D-Day. L’objectif est le port militaire d’Arromanches. Mais après le briefing, l’état- major modifie les plans. La veille, le vent a soufflé toute la nuit force 7 orienté Nord-ouest, levant une mer importante, interdisant tout mouillage dans le port d’Arromanches.

    A bord de Nomade, je suis avec Nathan venu d’Australie, Didier le stratège, Georges le radio, Alain l’associé et Geoffroy notre armurier venu de Bruxelles avec des caisses de munitions de 33 centilitres « Foudroyantes » et chocolats modèle « Léonidas ».

    Sous la pluie et la grisaille, le vent de nord-ouest est encore frais, avec 1 ris dans chaque voile, les 3 bateaux tirent des bords au pré dans la baie du Havre, avant d’abattre bon-plein sur le port de Ouistream.

    La cible est Sword Beach, Vers 11h GMT, Le soleil s’est levé et le vent a molli et l’équipage largué les ris , Salsa et Nomade attendent Tailana et profitent de ce matin pluvieux que fée Normandie a transformé en un bel après midi d’été.

    à 18h GMT, les 3 voiliers s’engagent dans le chenal de Ouistream, l’écluse est prise d’assaut en un éclair, les 18 commandos, débarquent des bateaux et se ruent sur Sword Beach. Les munitions apportées par notre allié Belge font merveille, tous les chargeurs sont vidés, au coucher du soleil, l’équipe se replie victorieusement pour souper à bord.

    L’équipe Franco-Australo-Belge après l’assaut
    L’équipe Franco-Australo-Belge après l’assaut - TML Voile

    La nuit tombée, à la paillote du port, nous fêtons ensemble l’anniversaire de l’amiral Alain qui au demeurant déjoue les tentatives d’un autochtone ressemblant à Gérard Jugnot rachitique qui veut lui donner après chaque chanson de langoureux baisers.
    Plus tard dans la nuit, la température augmente encore de plusieurs degrés, lorsque nous accueillons une bordée d’Anglais en leur chantant le « 31 du mois d’août ».
    Dimanche, le passage de l’écluse est programmé à 11h , mais avant, l’équipage de Nomade exécute une dernière mission, il doit remonter le canal, et libérer le pont de Bénouville : Pégasus Bridge

    Le commando « nomade » devant Pégasus Bridge.
    Le commando "nomade" devant Pégasus Bridge. - TML Voile

    L’accostage se fait sans problème dans un endroit qui sera ici tenu secret, puis, sans hésitation, l’assaut est donné. Nous visitons dans ce haut lieu de l’héroïsme, la première maison libérée en France, et devinez quoi ? c’est un bistrot ! cela ne s’invente pas !

    Petit café à la terrasse du 1er bâtiment libéré !
    Petit café à la terrasse du 1er bâtiment libéré ! - TML Voile

    L’après midi, la mer est d’un bleu superbe, le soleil nous fait la fête, un petit vent léger de sud-ouest pousse Nomade vers Le Havre.

    nageurs de combat à l’entraînement
    nageurs de combat à l’entraînement - TML Voile

    L’équipage de Salsa et nous, profitons de la température estivale pour mettre le bateau à la cap, et plonger dans l’eau, pendant que Tailana taille la route sous spi.
    Vers 18h, nous accostons les pontons du Havre, les navires sont nettoyés, et les dernières munitions de notre ami de Bruxelles partagées entres amis avant de se quitter.

  2. Super ! …retour à la base en un éclair, avec la sensation du devoir accompli !
    La découverte d’un point de débarquement imparable, que nous continuerons à garder secret, ouvre les perspectives d’autres opérations de grandes envergures …une grande opération que nous nommerons « barbecue » avec trois bateaux …avec le soutien de nos troupes coloniales nous la couplerions avec l’opération « merguez » et pour ne pas laisser respirer l’ennemi un parachutage du général Pinard, sous la houlette du Maréchal Heineken …le combat continue donc !!!

Les commentaires sont fermés.